Flâneur d’Or 2004

Zurich (ZH): Coopérative immobilière Hagenbrünneli: quartier Lerchenberg

Klicken Sie auf das Bild um die Galerie zu öffnen.

L’espace routier du quartier d’habitation des années 60 était aménagé pour la séparation du trafic, avec les problèmes qui en découlent. Pour des raisons financières, une toute nouvelle conception basée sur le principe de la mixité était impossible. C’est pourquoi, la communauté de maîtres d’ouvrage privée a misé sur un réaménagement modeste, simple et garantissant une bonne visibilité. Avec celui-ci, le quartier est devenu plus agréable et plus sûr pour la mobilité douce. Le modèle est applicable à d’autres quartiers d’habitation construits ces dernières décennies et “conçus avant tout pour la voiture”.


Situation initiale
L’espace routier du Lerchenberg a été aménagé à la fin des années 60 selon le principe de la séparation du trafic. Les faiblesses bien connues de ce principe sont la domination spatiale par le trafic automobile, la manière de conduire pas toujours adaptée et les dangers qui en découlent pour tous les autres usagers. En outre, d’importantes liaisons piétonnes (souhaitées) étaient compliquées ou rendues impossibles à cause de plantations.

Démarche
Dans la phase d’analyse, le questionnaire adressé aux habitants (enquête auprès de tous les ménages) a permis de découvrir différents points noirs qui ont été confirmés par les observations des propriétaires et l’équipe de planification.

Réalisation
Pour des raisons financières, une toute nouvelle orientation basée sur le principe de la mixité n’était pas possible. Le maître de l’ouvrage ne se limita pas non plus à des mesures “dures” de modération de la circulation, comme des seuils de ralentissement et des bornes, mais il misa aussi sur l’effet d’ensemble d’un réaménagement sobre. Celui-ci est simple et offre une bonne visibilité.
A deux endroits importants où l’on souhaitait pouvoir traverser et qui jusqu’ici étaient aménagés de manière insatis-faisante pour les piétons, les voies de circulation ont été surélevées au niveau du trottoir. On a créé ainsi deux pla-ces dotées d’un revêtement de peinture colorée et équipées d’un banc circulaire.
On a renoncé à l’élargissement du trottoir plutôt étroit parce que, depuis son réaménagement et sa signalisation en “zone de rencontre” (20 km/h), la chaussée peut être utilisée de manière accrue par les piétons.


Organisation
Maître de l’ouvrage: coopérative immobilière Hagenbrünneli, Zurich; projet et exécution: bureaux privés d’études, d’architectes, de paysagistes et d’ingénieurs.


Période

  • Planification: depuis l’automne 2002.
  • Elaboration du projet: printemps automne 2003.
  • Exécution: de janvier à avril 2004.


Financement
300'000 CHF étaient à disposition pour remédier aux défauts conceptuels et revaloriser l’espace routier.


Evaluation du Jury
Le modèle est applicable à d’autres quartiers d’habitation des dernières décennies “conçus avant tout pour la voiture”. Celle-ci n’a pas été bannie de l’espace – les places de stationnement sont toujours facilement accessibles – mais l’espace-rue est beaucoup plus sûr et confortable pour les cyclistes et surtout pour les piétons.